16 août 2018

Quel matériel de randonnée en montagne prévoir pour cet été et cet automne ?


Choisir les bonnes chaussures

Les bonnes chaussures sont indispensables. Pour choisir les chaussures adaptée à votre morphologie et à votre besoin, les enseignes spécialisées seront vous conseiller. Si vous ne prévoyez pas de rencontrer des conditions trop difficiles (neige, roche) vous pourrez envisager de choisir des chaussures légères. Il existe aujourd'hui des chaussures qui descendent sous les 350 grammes.

Une paire de chaussures ouvertes pourra compléter votre paire principale lors du bivouac. Elle permettra aux pieds de se reposer. Tous les refuges proposent une paire de Crocs ou d'équivalents.

Choisir un sac à dos adapté à votre besoin

Le sac à dos l’élément essentiel du trekkeur et du randonneur. Il contient tout ce dont nous allons avoir besoin pendant la randonnée. Il faut privilégier l'ergonomie et la légèreté. Les accessoires servent trop souvent à justifier un prix de vente plus élevé. Il faut choisir la taille de son sac en fonction de son trek et du volume d'équipements / nourriture à emporter. Aujourd'hui il est possible de trouver des sacs à dos confortables de moins de 1 kg qui proposent 50 litres de volume utile.

Dans votre sac à dos, pour protéger de la pluie ou de la poussière la nourriture, les vêtements ainsi que le reste du matériel, Le sac congélation doté d’un zip est une solution économique. Il pourra protéger appareil photo, carte IGN, papiers et moyens de paiement.

Maintenir une bonne hydratation

Si vous doutez l'eau que vous allez trouver sur votre parcours, vous pouvez utiliser des comprimés de décontamination microbiologique de type Hydroclonazone (Sodium tosylchloramide) ou Micropur ( ions d’argent) ou encore utiliser les filtres portatifs type Katadyn ou Lifestraw. Ces derniers ne prennent pas beaucoup de place et l'eau peut être consommée immédiatement après filtration. Nous pensons qu'un Camelbak ou son équivalent dans d'autres marques permet une hydratation plus régulière que des gourdes pas toujours faciles à atteindre.

Se protéger des intempéries et du soleil

En montagne, les intempéries, la pluie et le vent  peuvent être redoutables. Il vous faut prévoir une veste et un pantalon imperméables complétés par un poncho qui protégera votre sac et vos vêtements.  Il faut aussi se protéger du rayonnement solaire, très intense en altitude. Un chapeau, des lunettes de soleil efficaces et un crème solaire indice 50 complèteront votre équipement.

Un Buff sera utilisé autour du cou, des oreilles ou de la tête. Il protègera du froid comme du vent ou de la poussière. Il complétera idéalement votre bonnet.

Se localiser et s’orienter 

La carte, la boussole et de l’altimètre vous permettront de vous orienter et de déterminer votre emplacement. Un équipement GPS peut être un plus. Il faudra cependant être conscient que son autonomie est limitée du fait de sa consommation d'énergie et qu'il n'apporte pas toujours la vue d'ensemble du relief.

Maintenir un bonne hygiène

Le savon de Marseille est idéal pour se laver la peau et les cheveux et faire sa lessive. Il est facile à rincer et vous fera également économiser de l’eau. Une petite cuvette pliable en toile étanche vous permettra de faire votre toilette et de laver quelques vêtements et nettoyer la popote. Un mini-serviette synthétique fera l'affaire pour s'essuyer.

En cas de coup dur

N'oubliez jamais de prévenir de votre destination. Restez vigilants.

Votre sécurité sera assuré par votre capacité à rejoindre un refuge, une cabane, une vallée encore lointaine. Des vêtements chauds sont indispensables. Pour être efficaces ils devront respecter le principe des trois couches (vêtements près du corps en laine mérinos, un duvet et un couche coupe vent déperlante). Une trousse de secours avec des pansements et un désinfectant ainsi qu'un téléphone mobile conservé dans une coque de protection étanche ou bien dans une simple sac de congélation zippé vous permettre de joindre un refuge ou un centre de secours. Attention toutefois à considérer que la couverture  du réseau mobile n'est pas toujours assurée.

Votre équipement devra comprendre une couverture de survie, un briquet et une lampe de secours que vous conserverez toujours dans votre sac. Cette lampe de 26 grammes est équipée d'une pile lithium pour garantir son fonctionnement pendant plus de 10 ans.

Si vous deviez compléter votre équipement par une corde et des baudriers et un piolet, un spécialiste saura vous conseiller au mieux.

L'outil à tout faire 

Votre couteau multi-fonctions sera doté en complément d'une lampe prévue pour couper le pain, et le reste de votre nourriture, d'une paire de ciseaux permettant de recouper un pansement,  d'un petit tournevis plat et cruciforme et d'une pince à tout faire. Une épingle à nourrice pourra compléter utilement votre équipement.

Les indispensables bâtons de marche

Les bâtons aident à stabiliser le corps et servent de point d’appui. À la descente ils soulagent les genoux et permettent de gagner en équilibre. Lors de la montée, vous pourrez utiliser le haut du corps pour compléter votre effort de marche.
Ils pourront aussi vous permettre de transformer votre poncho en abri de fortune.

S'éclairer lorsque la pénombre s'installe

Si votre étape se prolonge et que vous devez continuer au delà de la fin de journée, il vous faudra une lampe frontale efficace, lors du bivouac. En refuge une lampe avec une bonne autonomie disposant d'un éclairage rouge et blanc adapté à la lecture vous évitera de réveiller vos camarades de dortoir.











Elumeen vous recommande tout particulièrement la dernière née chez Petzl : La BINDI. Elle délivre 100 lumens pendant 3 heures et 50 heures d'éclairage au bivouac pour 35 grammes.





Pour ceux qui souhaitent une lampe avec plus d'autonomie, nous vous proposons la dernière NEO 6R de LEDLENSER : 6 Heures à 240 lumens pour 95 grammes. Elle peut être aussi portée avec une ceinture thoracique.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire